Triangle of Sadness

Ruben Östlund, Suède, Allemagne, France, 2022o

s
vretour

Après la Fashion Week, Carl et Yaya, couple de mannequins et influenceurs, sont invités sur un yacht pour une croisière de luxe. Tandis que l’équipage est aux petits soins avec les vacanciers, le capitaine refuse de sortir de sa cabine alors que le fameux dîner de gala approche. Les événements prennent une tournure inattendue et les rapports de force s'inversent lorsqu'une tempête se lève.

A première vue, le nouveau film du critique social suédois Ruben Östlund (The Square), récompensé par une Palme d'or et trois nominations aux Oscars, ressemble à une satire plutôt simple de la société de classes que l'on rencontre, dit-on, sur les bateaux de croisière de luxe : ici, les riches dégoûtants et les crétins, là, l'équipage zélé, entre les deux, un jeune couple en petit comité. Mais si l'on ne voit le film que sous cet angle, on passe à côté de sa quintessence. L'ensemble des activités stupides est une allégorie moderne, un jeu de sens sur la folie de la société de consommation, qui navigue vers le naufrage de manière insatiable et sans direction, et qui est maintenue en haleine par un équipage avide de profit, l'économie. Après le naufrage, les restes de l'humanité naufragée repartent promptement à zéro, pleins de bonnes intentions ... Un cinéma magnifique, à l'avant et à l'arrière plan, plein d'attaques contre les profiteurs baveux, les couples baveux et les idéologies toxiques. En bref : un coup de génie bien huilé.

Andreas Furler

Palme d’or à Cannes, le film de Ruben Östlund rentre dans le lard du politiquement correct à l’aide de dialogues et situations féroces. Et ce tout en soignant la mise en scène : avec Östlund, on a toujours droit à du grand cinéma.

La Rédaction

Feu sur le politiquement correct. Haro sur le fric roi. Assez de la tyrannie des apparences. Sa caméra est un lance-flammes. Cette bataille navale réjouit, décoiffe. Le malaise s’installe. Il est savoureux.

Eric Neuhoff

Aussi puissant que The Square, et encore plus corrosif, Sans filtre est un récit étrange et jubilatoire, grand moment de cinéma et d’humour féroce.

Gérard Crespo

Galerie photoso

àVoir-àLire, 27/09/2022
© Tous droits réservés àVoir-àLire. Fourni par àVoir-àLire Archiv
30/01/2023
© Tous droits réservés Frankfurter Allgemeine Zeitung. Fourni par Frankfurter Allgemeine Zeitung Archiv
Interview Ruben Östlund • Director of Triangle of Sadness
Sylvie Lazzarini, Jan Lumholdt / cineuropa
en / 27/09/2022 / 5‘48‘‘

Conversation avec Ruben Östlund autour du film "Triangle of Sadness"
La Rédaction / ARTE
en / 27/09/2022 / 6‘46‘‘

Données du filmo

Autres titres
Sans filtre FR
Genre
Comédie, Drame
Durée
148 Min.
Langue originale
Anglais
Prix importants
Cannes 2022: Palme d'or; Prix du cinéma euopéen 2022: Meilleur Film, Meilleur réalisateur, Meilleur scénario, Meilleur comédien (Zlatko Burić)
Ratings
cccccccccc
ØVotre évaluation7,6/10
IMDB:
7,5 (73250)
Cinefile-User:
< 10 votes
Critiques :
8,0 (3) q

Casting & Equipe techniqueo

Harris DickinsonCarl
Charlbi DeanYaya
Zlatko BurićDimitry
PLUS>

Bonuso

iVidéo
Interview Ruben Östlund • Director of Triangle of Sadness
cineuropa, en , 5‘48‘‘
s
Conversation avec Ruben Östlund autour du film "Triangle of Sadness"
ARTE, en , 6‘46‘‘
s
gPresse écrite
Critique àVoir-àLire
Gérard Crespo
s
Critique Frankfurter Allgemeine Zeitung
Andreas Kilb
s
Nous utilisons des cookies. En naviguant sur cinefile.ch, vous acceptez notre politique d'utilisation des cookies. Pour plus de détails, voir notre déclaration de protection des données